CANTATA FLAMENCA

Jeudi 5 juillet
20h30, église de Franois                              CONCERT ANNULÉ
participation au chapeau

Cantata flamenca

Alice Baudoin, clavecin, épinette, castagnettes, chant, danse
Anne-Lise Binard, alto, chant, danse
Renaud Charles, flûte, chant, danse
Pierre-Yves Fleury, orgue, chant, danse

Que la musique de Jean-Sébastien Bach ait affaire avec le flamenco ? Et comment ! ¡ Seguro !
L’invention rythmique incroyable des compositions de Bach rencontre et attise en nous l’énergie de la danse flamenco, qui puise elle aussi dans un jeu de construction rythmique très élaboré. Si nous imitons parfois de nos pieds et de nos mains certaines figures rythmiques présentes chez Bach, nous venons aussi danser et placer nos patas sur sa musique : piqués par le désir et la curiosité de découvrir la nouvelle «toile» musicale, sonore et visuelle à laquelle ces superpositions donnent lieu… Les entrées successives d’une fugue ou les retours cycliques d’un air nous invitent à laisser promptement nos instruments le temps d’entrer sur la scène en sujets dansants et claquants. Les élans s’entrecroisent ; les accents se décalent, se répondent, se rejoignent ; les gestes de la musique et de la danse dialoguent. Nous ne manquons pas, car l’occasion peut se présenter, d’accueillir d’un «¡ olé ! » la virtuosité toute flamenco des pieds de l’organiste arpentant son pédalier dans un solo de zapateado (technique de frappe des pieds en flamenco) musical ! Et si trois voix de la Fugue pour orgue en do majeur BWV 564 étaient tenues par des bottes de flamenco et des castagnettes, dialoguant avec une voix d’orgue, telle une conversation mélodique, corporelle et percussive ?…

C’est cet espace joyeux d’instrumentation, de re-composition et de transfiguration qu’ouvre Cantata flamenca !

Alice Baudoin, clavecin, épinette, castagnettes, chant, danse
Après avoir suivi un cursus complet dans le département de musique ancienne du Conservatoirealice-baudoin National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon, Alice Baudoin obtient brillamment son D.N.E.S.M. de clavecin en juin 2007 (classe de clavecin de Françoise Lengellé et de Dirk Böerner). Puis, suite à une formation de deux ans au sein du CNSMD de Lyon, elle obtient en juin 2009 son Certificat d’Aptitude à l’enseignement de la musique ancienne.
Actuellement en poste au Conservatoire à Rayonnement Régional de Grenoble, elle enseigne tout autant le clavecin que la basse continue et la musique de chambre. Elle est actuellement la coordinatrice du département de musique ancienne.
Ces dernières années, elle participe avec Les Griffonés à la création de « Sarabanda por Bulería » et « Cantata Flamenca », deux spectacles mêlant la musique et la danse baroques à la musique, au chant et à la danse flamenco.
Parallèlement à sa carrière de claveciniste, Alice Baudoin s’illustre également à la flûte à bec. Elle étudie à l’ ENM de Villeurbanne, dans la classe de Frédérique Thouvenot où elle obtient un DEM en 2010. Pour parfaire sa formation, elle s’initie aux danses anciennes (C. Gracio Moura, J.M. Bellemont).
Alice Baudoin est membre fondatrice de l’ensemble de musique l’Ensemble Aramis et se produit très régulièrement en concert. Elle travaille en duo avec le flûtiste Renaud Charles depuis 2010. Outre la musique de chambre, elle s’illustre également en orchestre baroque avec le Concert de l’Hostel Dieu, Les Musiciens du Louvre Grenoble, l’Orchestre National de Lyon, et donne également des concerts en qualité de soliste à Lyon, Besançon, Beaune, Paris, Bordeaux, Grenoble, Romans. Intéressée par la musique contemporaine, elle participe activement au travail de l’Ensemble Relecture et Création de 2005 à 2010.

Anne-Lise Binard, alto, chant, danse
Anne-Lise Binard débute l’alto à l’école de musique de Marmande à l’âge de 7 ans. A 27 ans elle aura formé son Anne-Lise-Binardjeu auprès de grands artistes et pédagogues tels que Diemut Poppen, Christophe Desjardins, ou Hartmut Rohde. Elle est ainsi diplômée d’une Licence d’Interprétation du Conservatoire National Supérieur de Lyon, et après un séjour d’études à l’Universität der Künste de Berlin, elle finalise cette année son Master à la Haute École de Lausanne, axant ses
récitals et son mémoire de recherche autour de son obsession des Métamorchoses. Sa passion pour la musique de chambre l’amènera à suivre un Master en Quatuor à cordes auprès de Yovan Markovitvh au CNSMD de Lyon, ou plus récemment à collaborer avec des pianistes de l’Arizona State University pour un programme centré des sonates et quatuors avec piano de Johannes Brahms.
Mordue de flamenco, elle se forme parallèlement à cette danse de corps, d’âme et de sons depuis une douzaine d’années, à Bayonne, Toulouse, Lyon, et lors de formations régulières en Espagne auprès de grands maîtres comme Manuela Carpio, la Chiqui de Jerez, María del Mar Moreno, Andrés Marín, Marco Flores ou Pastora Galván. En février 2016 elle obtient une bourse d’études du Mécénat Musical de la Société Générale pour le festival international de Jerez de la Frontera. Son chant se fait blues, lyrique, nourri de curiosité et porté par la transmission orale du flamenco : auprès du Maestro Ezequiel Benitez à Jerez, Juan del Gastor et Laura Castro à Séville, François Tramoy à Lyon.
Elle intègre en 2015 la compagnie Arcosm et se forme ainsi en danse contemporaine auprès du chorégraphe Thomas Guerry. Elle se produit depuis dans toute la France au sein du spectacle Sublime en tant qu’altiste, chanteuse et danseuse et transmet sa passion et son énergie au travers d’ateliers scolaires et adultes de danse, percussions corporelles, chant, théâtre musical -  éveil de l’écoute et la confiance pour le créer-ensemble.
Elle co-crée et interprète des spectacles comme Sarabanda por Bulería et Cantata Flamenca avec la Compagnie des Griffonés, entre musiques anciennes et flamenco, ou Ma Poupée sur la Balançoire, un spectacle de la compagnie Silentium mettant en scène des partitions contemporaines. Compositrice et interprète de l’ensemble La Mariposa Negra, elle mène ce trio de chambre – jazz – flamenco- contemporain sur des croisements de temporalités et d’identités. L’album Journal d’un Picador du collectif La Familia sur des textes de Julien Lassoujade pour lequel elle compose, chante et joue, témoigne de ce voyage des sensibilités. Improvisatrice, elle collabore avec des artistes comme Jean-Didier Hoareau, chanteur et percussionniste Maloya, ou Ezequiel Benitez pour qui elle enregistre à Jerez en août dernier.
Convaincue que la poésie est au centre de notre langage, elle se joint à celle du poète kanak Denis Pourawa au sein de l’ensemble Kalymo, et co-crée le collectif E.U.P.! : Etat d’Urgence Poétique avec sa complice poète-plasticienne-chanteuse Johanna Elalouf. Ses recherches personnelles l’amènent à créer Papillons Noirs, un monologue dansé à partir d’extraits du Pierrot Lunaire d’Albert Giraud et d’un squelette de danse Soleá, présenté lors d’une conférence de Beña Achiary en juillet 2016 au festival Errobiko ou à Lausanne lors d’un récital en mars dernier. En 2014, en partenariat avec l’institut du Grame et le CNSMDL, elle avait créé Feu dans l’eau, une pièce avec interface de capteurs de mouvement autour de la danse et du chant flamenco et de la Jeune fille et la mort de Franz Schubert. En 2013, en partenariat avec le théâtre de l’Astrée à Lyon, elle met en scène Jonas et la Baleine, une partition du compositeur Garth Knox pour alto, tuba, et deux danseurs contemporains.
Au moyen de son alto, sa voix et sa danse, Anne-Lise s’essaie à questionner les genres, découdre les époques, tisser les cultures ; à travers la conviction dans l’imaginaire, revendiquer ainsi le soi-multiple et l’autre-possible.

Renaud Charles, flûte traversière, chant, danse
Renaud Charles effectue sa formation musicale au conservatoire des villes d’Annecy, de Lyon (CNR), de Paris (9e Renaud Charles 2arrondissement), puis au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon (classes de M. Larrieu et de P. Bernold), où il obtient le Diplôme National d’Études Supérieures Musicales (flûte traversière). Il se spécialise alors dans l’interprétation des musiques anciennes des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles sur les flûtes traversières baroque et renaissance auprès de Serge Saïtta puis de Philippe Allain-Dupré (Diplôme Instrumental Professionnel du Département de musique ancienne au Conservatoire de Toulouse). Il se produit régulièrement sur scène au sein de l’ensemble de musique ancienne Le Jardin des délices.
Titulaire du Certificat d’Aptitude, Renaud Charles enseigne la flûte traversière au Conservatoire de musique et de danse de Givors, dans le Rhône.
Parallèlement, il s’initie aux danses anciennes auprès de Christine Bayle, Cecilia Gracio Moura, Barbara Sparti, Anouk Mialaret ou encore Ana Yepes, pour la danse baroque espagnole. Il anime en tant que « maître à danser » des bals ou des ateliers d’initiation aux danses de la renaissance française en France (CRR de Perpignan, Toulouse Plages, Jardin des Plantes des Capellans à Saint-Cyprien, Château Royal de Collioure, Château de Grignan) comme à l’étranger (ESMUC, Barcelone), ce qui l’amène à collaborer à plusieurs reprises avec l’ensemble Les Affinités.
En tant que musicien de plateau, il participe à plusieurs créations théâtrales : « Traviata – Vous méritez un avenir meilleur », aux Bouffes du Nord, mise en scène Benjamin Lazar, conception Judith Chemla – 2016-2018, « Les contes des mille et une nuits », Nocturnes d’Hauterives – 2004, « Les Rustres » de Carlo Goldoni, création de la Compagnie Rozet & Cie pour les Fêtes Nocturnes au Château de Grignan – 2002, « La Tempête » de Shakespeare – 2000-2001, La Grande Parade au Cabaret de l’Ange Bleu – 1994-1995, créations de la Compagnie Brozzoni en résidence à Bonlieu, scène nationale d’Annecy (tournée en France et à l’étranger).
Il se forme en danse flamenco dans les écoles de la région lyonnaise La Fragua et La Cueva de los flamencos ainsi que lors de nombreux séjours en Andalousie, auprès d’artistes tels que Juan del Gastor, Angelita Vargas, Israel Galván, Beatriz Morales, Rafael Campallo, Mercedes Ruiz et Angel Atienza. Passionné par les modes de relation entre la musique et la danse, il est à l’origine de créations où musiciens et danseurs mettent en scène et questionnent les liens entre le baroque et le flamenco : « Por Chaconas » – juin 2011, « Sarabanda por bulería » avec le trio Les Griffonés – 2013-2017, « Cantata flamenca » – juillet 2014 au Festival Orgue en Ville de Besançon, « Concerto flamenco » avec l’ensemble Les Affinités – octobre 2013 et novembre 2015.

Pierre-Yves Fleury, orgue, chant, danse
Pierre-Yves Fleury a étudié l’orgue avec Michel Chapuis, Norbert Petry, Susan Landale et Louis Robilliard auxPYF Conservatoires de Besançon, Rueil-Malmaison et Lyon. Il y obtient plusieurs premiers prix, en orgue, écriture, formation musicale et analyse. En juin 2000, il obtient au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon le Diplôme National d’Etudes Supérieures de Musique, mention très bien, dans la classe d’orgue de Jean Boyer et Liesbeth Schlumberger. En juin 2002, il obtient le C.A. de professeur d’orgue, instrument qu’il enseigne au CRR du Grand Besançon.
Titulaire d’une Maîtrise de Musicologie à Paris-IV Sorbonne, mention très bien et d’un premier prix d’analyse au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, il mène une activité de concertiste en France et à l’étranger. En octobre 2005, il crée à Lyon avec quelques organistes lyonnais le festival Orgue en Jeu pour la ville de Lyon, présidé par Louis Robilliard. Il codirige avec Olivier Camelin le 1er Concours International d’Orgue de Lyon (avril 2009). En 2009, il crée le festival « Orgue en Ville » à Besançon. Organiste de la Basilique de Fourvière de Lyon de 2001 à 2010, il est actuellement organiste à la Madeleine à Besançon.