CONCERT DE NOËL

Concert reporté au Mercredi 23 décembre à 19h
Samedi 12 décembre – 18h, église de Saint-Vit
Participation au chapeau

Isabelle Druet, chant
Thomas Nicol, violoncelle
Michel Coppé, violon baroque
Pierre-Yves Fleury, orgue

De tout temps, les compositeurs ont célébré Noël. De la cantate sacrée à la chanson traditionnelle, de l’oratorio à la pop anglaise, l’œuvre est vaste et variée. Ce concert est un voyage à travers les époques et les styles. De la musique italienne et allemande des XVIIe et XVIIIe à la musique française des XVIIIe et XIXe, (re)découvrez différentes façons de chanter Noël, de Jean-Sébastien Bach à… Maria Carey.


Isabelle Druet est l’une des mezzo-sopranos les plus appréciées de sa génération. Elle passe avec un égal bonheur de l’opéra au récital et traverse les siècles de Monteverdi à Britten avec une aisance déconcertante.
Musicienne au parcours atypique, elle se forme d’abord au théâtre, puis fait ses premières armes de chanteuse dans les musiques actuelles et traditionnelles, tout en étudiant parallèlement le chant au CNSMD de Paris. S’ensuivent rapidement de nombreuses récompenses (« révélation classique » 2007 de l’ADAMI, lauréate du prestigieux Concours Reine Elisabeth 2008, Révélation des «Victoires de la musique classique 2010», Rising Star 2013) et des engagements dans les plus grandes maisons d’opéra et auprès des ensembles les plus reconnus.
Parmi ses nombreux rôles abordés à la scène, citons Carmen à l’Opéra de Düsseldorf / Duisburg, l’Opéra National de Lorraine et l’Opéra de Saint-Étienne, le rôle-titre de L’Italiana in Algeri à l’Opéra-Théâtre de Metz, Didon ( Dido and Aeneas) en tournée nationale et à Bruxelles, Tisbé (La Cenerentola ), La Ciesca ( Gianni Schicchi) et Annina (La Traviata ) à l’Opéra national de Paris, Baba la Turque ( The Rake’s Progress ) à l’Opéra de Nice, au Grand Théâtre du Luxembourg ainsi qu’à Caen, Reims, Rouen, Limoges, Melanto et Fortuna (Il Ritorno d’Ulisse in Patria) au Théâtre des Champs Elysées et à l’Opéra de Dijon, Concepción (L’Heure Espagnole) à l’Auditorium de Lyon, à la salle Pleyel et au Barbican Center de Londres, Orphée ( Orphée et Eurydice ) à l’Opéra de Limoges et au Théâtre Musical de Besançon, La Sagesse, Sidonie et Mélisse (Armide de Lully) au Théâtre des Champs-Elysées, Arcabonne ( Amadis de Lully à Avignon et Massy, la 3ème Dame ( Die Zauberflöte) au Festival d’Aix en Provence, à la salle Pleyel, la Philharmonie de Berlin et en tournée européenne, le rôle-titre de la Périchole et Nerissa (Le Marchand de Venise) à l’Opéra de Saint-Étienne, ou encore Béatrice ( Béatrice et Bénédict) et Cassandre (La Prise de Troie ) au Festival Berlioz de la Côte Saint- André …
Sollicitée par de nombreux orchestres et ensembles, elle s’est produite sous la direction de chefs tels que François-Xavier Roth, Leonard Slatkin, René Jacobs, Raphaël Pichon, Laurence Equilbey… aux côtés du London Symphony orchestra, du Gürzenich Orchester, de la Tonhalle- Orchester Zürich, du Detroit Symphony Orchestra, du BBC National Orchestra of Wales, de l’Orchestre national de Lyon, de l’Orchestre de Liège, de l’Orchestre National de Belgique, de l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg, de l’ensemble Pygmalion, des Arts Florissants, des Berliner Barocksolisten, d’Insula orchestra, pour n’en citer que quelques-uns.
En récital, c’est accompagnée des pianistes Anne Le Bozec, Johanne Ralambondrainy, Wanessa Wagner, Georges Pludermacher, Camille et Abdel Rahman El Bacha, Stéphane Jamin, de l’organiste Thierry Escaich, du violoncelliste Christian-Pierre La Marca ou encore du quatuor Giardini qu’elle donne de nombreux concerts sur les plus grandes scènes internationales.
La discographie d’Isabelle Druet comprend de nombreux opus, parmi lesquels on peut citer ses multiples enregistrements avec le Poème Harmonique de Vincent Dumestre, ses récitals avec les pianistes Johanne Ralambondrainy (Jardin Nocturne) et Anne Le Bozec ( Shakespeare songs), Shéhérazade et L’Heure espagnole de Ravel avec l’Orchestre national de Lyon dirigé par Leonard Slatkin, un programme Alma Mahler /
Zemlinsky en compagnie de l’Orchestre Victor Hugo Franche Comté dirigé par Jean-François Verdier ou bien le DVD Il Ritorno d’Ulisse in patria avec le Concert d’Astrée d’Emmanuel Haïm.
Parmi ses projets pour la saison 2020/2021, citons les rôles de Marie ( L’Enfance du Christ) avec l’Orchestre national des Pays de la Loire et de Concepción (L’Heure Espagnole) avec Les Siècles de François-Xavier Roth, ainsi que de nombreux concerts avec, entre autre, l’Orchestre de chambre de Paris, Les Siècles, l’Orchestre Victor-Hugo Franche-Comté, ou le Poème Harmonique.

Pierre-Yves Fleury a étudié l’orgue avec Michel Chapuis, Norbert Petry, Susan Landale et Louis Robilliard aux Conservatoires de Besançon, Rueil-Malmaison et Lyon. Il y obtient plusieurs premiers prix, en orgue, écriture, formation musicale et analyse. En juin 2000, il obtient au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon le Diplôme National d’Etudes Supérieures de Musique, mention très bien, dans la classe d’orgue de Jean Boyer et Liesbeth Schlumberger. En juin 2002, il obtient le C.A. de professeur d’orgue, instrument qu’il enseigne au CRR du Grand Besançon.
Titulaire d’une Maîtrise de Musicologie à Paris-IV Sorbonne, mention très bien et d’un premier prix d’analyse au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, il mène une activité de concertiste en France et à l’étranger. En octobre 2005, il crée à Lyon avec quelques organistes lyonnais le festival Orgue en Jeu pour la ville de Lyon, présidé par Louis Robilliard. Il codirige avec Olivier Camelin le 1er Concours International d’Orgue de Lyon (avril 2009). En 2009, il crée le festival « Orgue en Ville » à Besançon. Organiste de la Basilique de Fourvière de Lyon de 2001 à 2010, il est actuellement organiste à la Madeleine à Besançon.

Michel Coppé est un violoniste qui aime s’impliquer dans des démarches créatives : musiques anciennes, contemporaines, théâtre musical, créations dansées et pédagogies innovantes. Son enseignement s’appuie sur le plaisir de la musique, se nourrit de recherches historiques, de différentes démarches techniques et posturales, ainsi que de la méthode Feldenkrais dont il est praticien.
Il a étudié le violon baroque au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon où il a obtenu un master. Ses études de violon moderne l’ont amené à la Haute Ecole de Musique de Genève pour un master de violon et de pédagogie.
Il participe à de nombreux ensembles de musique ancienne en musique de chambre comme en orchestre  (La Tempête, Le Songe du Roi, Les Chantres de Saint Hilaire,  Les Alizés, Vesontio).
Il a été créateurs d’œuvres de jeunes compositeurs (Raphaèle Biston, Vincent Laubeuf), et a participé à des ensembles de musique contemporaine comme Syntax tourné vers la musique mixte (instruments et électronique).
Il cherche à allier la liberté d’invention du musicien baroque, au langage nouveau et en perpétuelle évolution de la musique contemporaine dans la pratique de la musique improvisée, au sein de l’ensemble Le Détrapi et lors de rencontres musicales. Il aime aussi insérer l’improvisation libre dans un répertoire éclectique (Duo Juan Gris, Ès Quintes). 
Depuis 2014, il est professeur de violon historique (PEA) au Conservatoire à rayonnement régional de la communauté d’agglomération du Grand Besançon.