DE TOUTES FLOURS

Mardi 2 juillet – 21h30, chapelle du RefugeCodex_Faenza-folio54-correction_maginale
participation au chapeau

Ensemble Palin
Maud Haering, soprano

Luc Gaugler, viele à archet
Olivier Camelin, organetto

Œuvres de G. de Machaut et du Codex Faenza 117

Au Moyen-Âge, si les instruments de musique sont largement représentés dans l’iconographie ou cités dans les manuscrits textuels, il n’en reste pas moins que nous possédons très peu d’œuvres pour les instruments. Il faut attendre la fin du XIVe et le début du XVe siècle pour voir des recueils spécifiquement destinés aux instruments. Daté des années 1420, Le « Codex Faenza 117″, conservé dans la bibliothèque communale de Faenza en Italie, est l’un des témoins les plus importants de cet essor instrumental. La plupart des œuvres de cette anthologie sont des arrangements instrumentaux d’œuvres vocales françaises ou italiennes, variées et ornées. Pour décrire ces formules mélodiques virtuoses qui viennent embellir le modèle vocal préexistant, les théoriciens de l’époque parlent alors de « fleurs ». Intitulé « De toutes flours », en hommage à cette pratique et à la ballade éponyme de Guillaume de Machaut, ce programme donne à découvrir ces musiques avec le modèle vocal chanté et l’arrangement instrumental en miroir. Il s’agit de musiques subtiles et délicates dont les textes sont représentatifs de l’amour courtois, un art de vivre idéalisé par les romans chevaleresques. Un amour où l’amant, souvent d’un rang social inférieur, exprime son désir, ses espoirs et ses déconvenues à aimer une amante lointaine et inaccessible. Une véritable transcendance de l’amour où le divin et le terrestre se confondent…