Conte fantastique

M. RÉ DIÈZE ET MLLE MI BÉMOL

Conte fantastique de Jules Verne, mis en musique et en image

Samedi 9 juillet, 20h30 – Temple du Saint-Esprit à Besançon
entrée libre avec participation au chapeau

Françoise Masset, soprano
Pierre-Alain Clerc, récitant
Myriam Clerc, images
Daniel Chapuis, orgue

Annonce du conte parue dans le Figaro du 28 novembre 1893 : « Noël ! Noël ! Réjouissez-vous, petits et grands, voici que se forme pour vous le cortège des beaux livres aux uniformes dorés, aux titres flamboyants (…) lisez le joli conte de Jules Verne : M. Ré-Dièze et Mlle Mi-Bémol et vous verrez tout ce qu’il y a encore de verve et de fantaisie chez ce conteur extraordinaire, dont les livres nous charment depuis si longtemps, qu’ils paraissent n’avoir plus d’âge ».
Écrit à une époque soucieuse de vulgariser la science, ce conte très documenté est l’œuvre d’un homme qui s’est d’abord consacré aux pièces de théâtre, avant d’aborder les romans fantastiques qui feront son succès. Habité par un goût de la musique vocale qui le suivra toute sa vie, il truffe son récit de références musicales.
Il n’en fallait pas davantage pour animer l’imagination d’un comédien (Pierre-Alain Clerc), d’une chanteuse et d’un organiste (Daniel Chappuis) cherchant à lier musique et théâtre avec, en prime, d’abondantes illustrations projetées sur grand écran.

Saluée par le critique Ivan Alexandre comme « l’une de nos rares, de nos dernières diseuses », Françoise Masset interprète sur scène, en concert et au disque, un répertoire diversifié, du baroque au contemporain, qui témoigne de sa curiosité et de son goût pour les rencontres musicales. Sur scène, elle a créé la « Médée » de Michèle Reverdy à l’Opéra de Lyon et chanté ces dernières années avec Les Paladins de Jérôme Correas (Jean-Philippe Rameau, Claudio Monteverdi), l’ensemble TM+ de Laurent Cuniot (Leos Janacek) et l’ensemble Musica Nigella de Takénori Nemoto (Maurice Ravel). Elle privilégie le récital (avec piano, orgue, harpe, guitare, luth) et la musique de chambre, et se passionne pour la recherche et l’interprétation d’œuvres méconnues. Elle crée ainsi des programmes originaux avec ses partenaires, ainsi qu’avec La Gioannina/Rémi Cassaigne et Nanja Breedijk (baroque italien) et Les Musiciens de Saint Julien/François Lazarevitch (« La Veillée imaginaire » et « Sur les pas d’Yvette Guilbert »). Elle a reçu l’Orphée d’Or 2010 de la meilleure interprète de mélodies pour l’album « Les Compositeurs de Marceline Desbordes-Valmore » etenregistré avec la pianiste Anne Le Bozec pour le label Hortus, deux programmes consacrés à la Première Guerre mondiale.

EN SAVOIR PLUS SUR FRANÇOISE MASSET

Né en 1955, Pierre-Alain Clerc a été pendant presque quarante ans organiste à Lausanne, dans les églises St-Laurent et St-Paul. Longtemps professeur d’orgue à Lausanne, il a enseigné principalement aux Hautes Écoles de Musique de Genève et Lausanne, au CNSMD de Lyon et au CRR de Paris. Il a fait construire ou relever plusieurs orgues en Suisse romande. A côté de son activité de concertiste, à l’orgue, à l’harmonium ou à la basse continue, il travaille régulièrement comme comédien.
Cette double activité musicale et théâtrale l’a tout naturellement amené à s’intéresser à ce qu’on appelle la rhétorique musicale, puis à la déclamation classique française, sujets sur lesquels il donne fréquemment spectacles, cours, stages, séminaires et conférences. Il a été l’instigateur durant cinq ans d’un travail de recherche appliquée pour L’École des Femmes de Molière à la lumière des sources historiques du XVIIème siècle, travail mené avec un groupe d’universitaires français et suisses. Il a joué à cette occasion le grand rôle d’Arnolphe. Dans cette optique d’une pratique artistique historiquement informée, il préside L’Association suisse pour un Théâtre à la Source. Il a joué plusieurs fois le rôle du Diable dans L’Histoire du Soldat de Stravinsky et Ramuz, ce qui est, pour un organiste, une consécration.