INSPIRATION ARABO-ANDALOUSE

Dimanche 3 juillet, 17h – Temple du Saint-Esprit

Faycal Salhi oud / Damien Groleau orgue / Roméo Monteiro darbuka & daf

Sahli

Fayçal Salhi, oud
Fayçal Salhi est un jeune compositeur et joueur de oud remarquable. Il a enthousiasmé les scènes de son pays d’origine, l’Algérie, du Chili, Vietnam, Espagne, Allemagne,.. avec des musiques où la tradition orientale rencontre le jazz.
Un rendez-vous naturel, car les deux genres procèdent de la même attitude, c’est-à-dire l’improvisation dans la rigueur de leurs styles respectifs et le dialogue dans leur soif d’échange et de complicité recherchée.
Précurseur en France de cette fusion, Fayçal joue ses compositions sur tous les continents, emportant des publics aux cultures et aux sensibilités différentes par ses mélodies métisses, son ouverture jubilatoire à d’autres genres.
Ses talents de compositeur sont récompensés à diverses reprises lors de festivals internationaux pour la musique du film La maison Jaune.
Fayçal fait également quelques apparitions remarquées aux côtés de grands noms de la Musique tels que Rodolphe Burger, ou encore Gino Sitson.
Il met également en scène le spectacle La belle de Cordoue, véritable ode à l’amour, puisant dans la puissance d’une poésie arabe tantôt charnelle, désespérée, tantôt légère ou mystique.

Romeo Monteiro, percussions
Percussionniste-compositeur, il étudie au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de LyonMonteiro auprès de Jean Geoffroy et Robert Pascal, en se consacrant particulièrement aux interactions entre geste instrumental et électronique, par la programmation, l’écriture et l’interprétation de pièces mixtes.
Abordant conjointement ces diverses activités, il se distingue avant tout comme expérimentateur insatiable, en tant que soliste (en collaborant avec les compositeurs Jose-Miguel Fernandez, Federico Schumacher, Cristian Morales-Ossio, Andrea Vigani, Vincent-Raphaël Carinola), comme compositeur (auprès de divers ensembles tels que Ü en Estonie, Aashti ou le Taipei Chinese Orchestra à Taiwan, le collectif Spat’Sonore en France), en s’associant au ballet (avec la compagnie The Guest de Yuval Pick) ou au théâtre (avec la Compagnie Complètement Dramatique de Guillaume Perrot, ou la Compagnie Irina Brook au Théâtre National de Nice).
Au delà du champ des musiques contemporaines et de l’improvisation libre, il s’intéresse aux musiques traditionnelles indiennes et voyage régulièrement  en Inde du Sud pour y suivre l’enseignement de spécialistes tels que Balakrishna Kamath ou Manik Munde et incorporer le langage de la musique carnatique à son univers musical.
Ces multiples expériences l’amènent à développer un jeu personnel au sein des groupes Trio de Bubar (avec lequel il crée les spectacles “Chiaroscuro”, “Dans l’ombre de Norman McLaren”, “Bubaropolis” autour de la manipulation et le détournement d’objets), Les Émeudroïdes (quatuor post-jazz avec lequel il crée “Madhura Sopnam”, “l’Emupo”), le collectif Spat’Sonore ou l’Ensemble Orchestral Contemporain.
Dans ces différents cadres, il se produit régulièrement à l’étranger en Europe, en Amérique ou en Asie, et enregistre pour divers labels discographiques (En jeux, Neos-music, Naïve, Sismal Records, Pueblo Nuevo).